Ecole normale supérieure de Lyon
Atlas Nevado de Toluca

Recherche avancée

Une économie prospère, mais des zones d’ombre

L’extraction de matériaux de construction : une économie prospère

Pour les matériaux de construction, l’État de Mexico est le premier producteur mexicain. Cette activité a même eu un taux de croissance annuel de 20 % durant ces dernières années d’après l’Instituto de Fomento Minero y Estudios Geológicos del Estado de Mexico (IFOMEGEM).

Dans cet État, le Nevado représente une importante zone d’extraction de matériaux de construction. Du fait de l’origine volcanique du Nevado, les produits extraits sont des sables, des graviers, et de la pierre ponce. Cette dernière, appelée tepojal, est un matériau très recherché pour le drainage des sols ou la réalisation de bétons allégés pour la construction. Tous ces matériaux de construction sont principalement destinés essentiellement aux villes de Toluca et Mexico DF.

Dans un entretien en mars 2014, IFOMEGEM estimait qu’environ 4.6 millions de blocs de béton allégés utilisant du tepojal étaient produits chaque mois par une quinzaine d’entreprises qui extraient le matériau sur le Nevado. Avec un prix de vente à l’unité de 7.5 pesos mexicains (0.50 euro) pour un bloc (10 cm*20 cm*40 cm), le chiffre d’affaires de cette production peut être évalué à 34.5 millions de Pesos par mois (2.3 M d’Euros).
Ces 4.6 millions de blocs allégés représentent environ 49 360 tonnes, dont 32 900 tonnes de tepojal qui équivalent à 44 900 m3 de ce matériau (la densité du tepojal est de 733 kg/m3). Si chaque parcelle d’extraction de tepojal est exploitée sur 6 m de profondeur, 0.75 hectare est excavé tous les mois. Sur un an, cela représente 9 ha excavés.

Une mauvaise identification des sites d’extraction

Les chiffres sur le nombre de mines qui se situent dans le parc du Nevado différent selon les sources.
IFOMEGEM (2012) reconnait 7 mines et un nombre indéfini de parcelles d’excavation de tepojal dans le parc du Nevado. De ces 7 mines, seule la mine Las Lagrimas à Temascaltepec était active en septembre 2012, mais cette mine devrait fermer pour être réhabilitée par la Secretaría de Medio Ambiente de l’État de Mexico. Aucune information n’est donnée par IFOMEGEM sur les exploitations temporaires. Or les exploitations de tepojal qui se trouvent sur les flancs sud et est du Volcan sont des exploitations temporaires qui ne disposent d’aucune autorisation administrative et sont en totale illégalité.

Ceballos (2011) et Commission nationale des aires naturelles protégées (CONANP, 2013) identifient 10 mines dans les limites du Parc du Nevado, dont 5 actives : mine Ejido Coatepec à Coatepec Harinas; mine La Loba à Temascaltepec ; mine Las Lágrimas à Temascaltepec; mines Loma Alta y El Atorón à Zinacantepec. Les mines inactives sont la mine Ejido Palo Mancornado à Almoloya de Juárez ; la mine La Lagunilla à Calimaya ; les mines el Capulín et El Varal à Temascaltepec ; la mine temporaire La Peñuela à Zinacantepec.

Une étude récente (Villanueva, 2013) utilisant des images récentes de Google Earth montre que le nombre de mines à l’intérieur et à la périphérie immédiate du Parc (moins de 1000 m) est de 85. Aucune indication n’est donnée pour savoir si ces mines sont actives ou non. Toutes ne le sont pas. Mais cette carte présente 6 zones principales d’extraction sur le Nevado. Les zones 1, 2 et 3 sont de loin celles où l’activité extractive est la plus dense, avec des surfaces respectivement de 60.9 ha, 39,2 ha et 30,4 ha (voir Tableau 2). La zone 1, située sur le flanc est du Nevado, correspond actuellement à l’exploitation du tepojal et reste très active.

Les mines du Nevado

Surfaces des mines dans le Nevado

Extension (en hectare) des sites d’extraction minière par zones d’activité sur le Nevado de Toluca (Source : Villanueva, 2013)

Contact

ENS de Lyon
15 parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon Cedex 07 - FRANCE
Tél. : Site René Descartes (siège) : +33 (0) 4 37 37 60 00
Site Jacques Monod : +33 (0) 4 72 72 80 00

Nous contacter