Ecole normale supérieure de Lyon
Atlas Nevado de Toluca

Recherche avancée

Les débuts de la floriculture dans les années 1940

Traditionnellement, dans cette région, l’agriculture était à base de maïs, haricots et fèves, avec un peu d’élevage ovin et bovin. La floriculture est apparue dans les années 1940, juste après la Deuxième Guerre mondiale, avec l’arrivée dans le municipio de Villa Guerrero d’un japonais nommé Tomas Matzumoto. Ce japonais commença à cultiver des œillets et des glaïeuls sur des terrains que lui offrit un colonel de l’armée mexicaine. Peu à peu, les travailleurs qu’il employait pour produire les fleurs ramenèrent chez eux des boutures, sans que Don Tomas ne cherche pas à l’éviter : « laissez les faire, disait-il, ils vont pouvoir manger avec ça. » Ils plantèrent ces boutures dans leurs propres jardins et propagèrent ainsi la culture de ces fleurs.
Les terrains de Don Tomas passèrent ensuite dans les mains d’un certain Zanshiro Matzumoto qui semble être le frère du précédent. Quelques années plus tard, en 1957, arrivèrent à Villa Guerrero les « señores Nagamini, Kudo, Kinto, Sato, Kawabata, Kano, Ushio, Yamaguchi, Sirai et Horiuchi (appelé Don Hori). Ces nouveaux arrivants japonais développèrent la culture des œillets et des glaïeuls dans les communautés de San Miguel, San Jose, San Lucas, Santa Maria Aranzazu et San Francisco. Cette année-là arriva aussi à San Mateo Coapexco, le señor Horiuchi et son neveu KatsutaroIto Mase. Tous deux introduisirent de nouvelles espèces comme les chrysanthèmes et les lys. À cette époque, le prix de vente de ces fleurs était sans commune comparaison avec ceux du maïs ou du haricot, et les travailleurs de ces exploitations abandonnèrent les cultures traditionnelles pour ne cultiver que des fleurs. Certains de ces travailleurs devinrent riches.

Dans les années 1960, la floriculture s’étendit aux alentours de Villa Guerrero, comme à Coatepec Harinas où la terre était alors peu chère. La main-d’œuvre locale commença à se faire rare et les plus grands floriculteurs firent venir de la main-d’œuvre des municipios voisins. Dans les années 1970, les floriculteurs s’organisèrent pour fonder la première Asociación de Floricultores de Coatepec (AFC). Puis ils constituèrent l’Unión Regional de Floricultores y Viveristas del Estado de México (URFVEM), dont le siège est à Villa Guerrero. Ces organisations de producteurs se structurèrent et prirent un poids de plus en plus important dans le développement de la filière.

Au cours du temps, les fleurs produites dans cette région sont devenues un élément indissociable des communautés. Elles sont même devenues omniprésentes dans leur vie quotidienne comme dans leur environnement culturel, et les lieux de culte en particulier en sont abondamment décorés.

Les fleurs sont omniprésentes dans les lieux de culte du Nevado

Les fleurs sont omniprésentes dans les lieux de culte du Nevado

Contact

ENS de Lyon
15 parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon Cedex 07 - FRANCE
Tél. : Site René Descartes (siège) : +33 (0) 4 37 37 60 00
Site Jacques Monod : +33 (0) 4 72 72 80 00

Nous contacter