Ecole normale supérieure de Lyon
Atlas Nevado de Toluca

Recherche avancée

La trinité patate-maïs-avoine, et autres cultures sacrées

L’agriculture traditionnelle renvoie à une trilogie de cultures tout à fait identifiable, qui allie maïs, pomme de terre et avoine. À cette trilogie s’ajoutent couramment d’autres légumineuses, assez peu rentables, destinées à l’autoconsommation : fèves, pois chiches, petits pois, haricots...
Ces cultures sont inégalement adaptées aux contraintes climatiques du Nevado, et elles ne leur résistent qu’à la condition d’utiliser des engrais chimiques. Ces intrants représentent une charge budgétaire importante pour les agriculteurs et posent des problèmes environnementaux notables au sein de l’aire protégée.

La pomme de terre, culture phare dans le Nevado


La pomme de terre ne résiste à l’altitude et au froid qu’à condition d’utiliser des engrais. Une fois passés les 3000 m d’altitude, les engrais sont d’autant plus nécessaires que le climat est contraignant, mais les producteurs ne perçoivent aucune aide à l’achat d’intrants puisqu’ils sont situés dans une aire protégée, si bien que la récolte se fait parfois à perte. Des cultures alternatives existent, moins coûteuses et plus respectueuses de l’environnement, mais les agriculteurs n’en sont pas informés.

Une utilisation généralisée des intrants, qui ne sont pas l’apanage d’une agriculture commerciale


La pomme de terre ne résiste à l’altitude et au froid qu’à condition d’utiliser des engrais. Une fois passés les 3000 m d’altitude, les engrais sont d’autant plus nécessaires que le climat est contraignant, mais les producteurs ne perçoivent aucune aide à l’achat d’intrants puisqu’ils sont situés dans une aire protégée, si bien que la récolte se fait parfois à perte. Des cultures alternatives existent, moins coûteuses et plus respectueuses de l’environnement, mais les agriculteurs n’en sont pas informés.

L’avoine, une culture d’altitude complémentaire de l’élevage ovin


Jusqu’à 3000 m d’altitude, il est possible d’alterner les cultures, entre maïs, pomme de terre, petits pois, fèves et avoine. Passés 3000m, comme ici à Buenavista, la production est moins diversifiée : l’élevage ovin prend une place croissante, associé à l’avoine qui sert de fourrage. Cette association est synonyme d’une situation socio-économique précaire : l’avoine ne rapporte pas autant que les fèves ou les petits pois.

La fève, une légumineuse rentable et aux qualités nutritives reconnues


La fève est plus rentable que la pomme de terre. De même que les petits pois, elle représente une production de sécurité, destinée soit à la vente soit à la consommation familiale. Cependant, elle résiste assez peu au froid, et sa production devient difficile à mesure qu’on monte en altitude. À Buenavista, où a été prise cette photo, on se situe à 3115 m et on approche de la limite altitudinale.

Vue des dernières maisons sur les hauteurs de Dilatada Sur, à 3150m. L'habitat est très dispersé comme toute la zone au nord-ouest du parc. Et même à catte altitude, les parcelles de maïs sont présentes.
Contact

ENS de Lyon
15 parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon Cedex 07 - FRANCE
Tél. : Site René Descartes (siège) : +33 (0) 4 37 37 60 00
Site Jacques Monod : +33 (0) 4 72 72 80 00

Nous contacter